A r t i s t e   P l a s t i c i e n n e

Vinca excelle en ce qui apparaît pareil à un songe vaporeux, quelque chose de jamais fixé, qui va d'ailleurs se modifier l'instant d'après. La voilà au complet d'elle-même dans les plis de nuages, formes surgies du fond de ses toiles, ciel ou déroulé de nuées. Bref, je crois la savoir plus dans l'insaisissable, dans ce qui est en formation plutôt que dans le dur, le concret, le palpable.

Ses tableaux constituent comme le développement d'un processus atmosphérique où seuls font sens les éléments primordiaux. Vinca est structurellement "biblique" et ses combinaisons colorées sont, d'emblée, assimilables à des rêves qui se prolongent et s'attardent dans l'inconscient. 

Du coup, ses bleus en deviennent sombres, graves, peut-être menaçants pour qui les prend au pied de la lettre. La voilà on dirait entre deux puissances, pieds sur terre et tête dans le ciel.

Je crois qu'elle est à même de pouvoir toujours nous surprendre en ayant comme but ultime, sans doute, de faire une place à la lumière, sans laquelle nous resterions dans le noir de nos ignorances et de notre peu de foi. Je veux parler, bien sûr, des lumières de l'esprit qui nous guident dans le dédale d'un monde contemporain de plus en plus confus et incertain.

Paris novembre 2013, Lucien Curzi.